+33 (0)6 35 35 11 84

Les briques d’un réseau IoT

Considéré comme la troisième évolution d’Internet, l’Internet des Objets (Internet of Things – l’IoT), est le terme utilisé aujourd’hui pour évoquer l’ensemble des applications connectant le monde physique au monde numérique. C’est une révolution ! Pourquoi ? Parce que les technologies de l’IoT démultiplient le nombre de points de mesures, créent de nouveaux réseaux de communications, et optimisent le traitement de la donnée. Ainsi, cette extension d’Internet permet d’optimiser les ressources du monde d’aujourd’hui autant sur un point financier, qu’énergétique ou encore humain.
En revanche, entre la théorie et la pratique, difficile de s’y retrouver et beaucoup de questions se posent : Quelles sont les technologies de l’IoT ? Comment déployer ma solution IoT ? Quels cas d’usages ? Comment exploiter ces nouveaux services ?
Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions en vous présentant nos partenaires, nos réalisations, nos services ou encore simplement nos réflexions. Mais avant cela commençons par le commencement : quelles sont les composantes d’un réseau IoT ?

Les objets connectés

Les objets connectés sont la source de la création de la donnée numérique. Ces capteurs jouent un rôle majeur ! Ils permettent de collecter et d’échanger un grand nombre d’informations. Mais quel est donc le bon capteur adapté pour capter ma donnée ? En effet, il existe différentes solutions de captation :

  • Les capteurs. Ils mesurent tout types de variables physiques : température, hygrométrie, vitesse, de compteur de passage, de télé-relève, de mesures de particules, etc.
  • Les capteurs programmables. Ils sont une évolution de la catégorie précédente et permettent d’embarquer de l’ « intelligence » localement pour optimiser les applications. Par exemple, nous pouvons programmer un capteur de suivi de place parking pour qu’il envoie une information uniquement si une voiture arrive ou repart plutôt que d’envoyer l’état de la place toutes les 15 secondes. Le but étant d’optimiser la batterie.
  • Enfin, l’avancée technologique permet aujourd’hui d’envisager d’autres méthodes pour capter la donnée. Nous connaissons historiquement les caméras qui permettent de capter l’environnement visuel. Cependant, nous commençons également à voir apparaître des scanners 3D, qui effectuent des scans 3D de bâtiments ou de pièces industrielles.
les objets connectés

Les réseaux de communication

Une fois notre donnée créée par nos objets, se pose naturellement la question du transport. Comment envoyer ma donnée sur Internet ? Il existe évidemment différents types de réseaux pour effectuer cet exercice.  Nous retrouvons notamment les réseaux classiques, tels que :

  • Les réseaux cellulaires (3G, 4G)
  • Les réseaux locaux (WiFi)
  • Les réseaux câblés (cuivre, fibre)

Les opérateurs de ces réseaux offrent généralement des services dédiés à l’IoT (priorisation de flux, agrégation d’opérateur, couche sécuritaire…). Ces réseaux sont cependant non adaptés à certains usages ; car ils consomment beaucoup d’énergie, diminuent l’autonomie des objets et sont relativement de faible portée.

les réseaux de communication

Une nouvelle technologie fait son apparition depuis quelques années. Elle permet de donner la possibilité à certains types d’objets d’être indépendants énergiquement et de pouvoir envoyer régulièrement un faible volume de données. Il s’agit de la technologie LPAWAN (Low Power Wide Area Network), un réseau de faible consommation et de longue portée. On retrouve essentiellement 2 technologies sur ce secteur : LoRa et Sigfox qui plus est : d’origine Française et sur une bande de fréquence libre (868MHz) ! Sigfox est une société Toulousaine déployant sa propre technologie à travers le monde tandis que LoRa est une technologie libre que certains opérateurs ont choisi de déployer à l’échelle nationale (Orange, Bouygues) mais que l’on peut également déployer soit même pour créer son propre réseau privé. Ces réseaux LPWAN permettent d’économiser les batteries des capteurs pour obtenir des autonomies de 2 à 10 ans et de réaliser de conséquentes économies financières.

Les plateformes de services IoT

Après avoir créé puis transmis la donnée, il nous reste maintenant à nous tourner vers les plateformes de services IoT qui vont nous permettre de construire les étapes finales, qui sont d’analyser, stocker et restituer la donnée. Il existe 2 typologies de plateformes sur le marché :

  1. Des plateformes dites « verticales » orientées métiers qui permettent de traiter un cas d’usage spécifique très rapidement. Nous pouvons prendre l’exemple d’Advizeo qui propose aux entreprises une solution qui leurs permettent d’effectuer des maîtrises énergétiques et une meilleure gestion de leur bâtiment ou encore Wyres qui propose une solution de géolocalisation utilisée sur les chantiers souterrains de la RATP. Ces plateformes proposent l’ensemble des fonctionnalités nécessaires aux services associés : interface adaptée, notifications en temps réel des anomalies, automatisation des rapports, gestion des droits, …
  2. Des plateformes dites « horizontales », génériques, qui développent des applications sur mesure. Nous avons l’exemple de la plateforme Thingworx de PTC, plutôt destinée aux développeurs, qui permet de développer des applications IoT en gagnant du temps, de l’argent et en maîtrisant les éventuels risques.

En travaillant ensemble, ces plateformes permettent de restituer les données sous différentes formes : données brutes, tableaux de bords, alertes e-mails/SMS ou encore à travers la réalité augmentée via des lunettes connectés !

Les objets connectés, les réseaux de communication ainsi que les plateformes de services sont donc les 3 composants essentiels d’un service IoT, chacun jouant un rôle essentiel afin de connecter les mondes physiques et numériques. Ces composants n’ayant désormais plus de secrets pour vous, il est temps de faire jouer votre imagination pour transformer ces concepts en cas d’usages. Notre prochain article sera orienté dans ce sens puisqu’il vous expliquera comment NomoSense a mis en place un monitoring sur des escalators/ascenseurs grâce à des capteurs d’analyse sonore et de l’intelligence artificielle.

Leave a reply